Lettre aux électeurs et électrices de gauche à Nice.

Madame, Monsieur, Cher-e-s Ami-e-s

Déception, Résignation, Colère…. Les mots se télescopent pour traduire le sentiment des femmes et des hommes qui ont voté en 2012 en espérant le changement. Électeurs de gauche, socialistes, écologistes, communistes et du Front de gauche, nous avons voté en 2012 non seulement pour nous débarrasser de Sarkozy, mais aussi de sa politique. Certains avaient beaucoup d’espoir, d’autres beaucoup moins d’illusions.

Moins de 3 ans après le bilan est catastrophique. Hollande et les gouvernements successifs n’auront même pas fait semblant de mener une politique de gauche. Depuis le début ils n’obéissent qu’au MEDEF et aux marchés financiers. Et pour quels résultats ? Alors que les dividendes versés aux actionnaires augmentent, nous assistons à l’explosion du chômage et de la précarité.

Face à ce que certains qualifient de trahison, les femmes et les hommes de gauche renoncent. Une force considérable, mais désabusée, qui, en ces temps difficiles et incertains, baisse les bras en se disant « A quoi bon ? Tous les mêmes ! ». Une déception face aux choix du gouvernement que renforce l’exaspérante attitude des leaders locaux du PS, toujours très zélés pour défendre l’indéfendable politique de Valls.

Le 22 mars lors des élections départementales, certains sont prêts à s’abstenir, ou parfois se laisser tenter de voter pour le pire.

Nous avons toutes les bonnes raisons d’être déçus et en colère, mais pour autant faut-il laisser à la droite et son extrême tous les pouvoirs, les laisser décider de tout à notre place ? Faut-il, face à la trahison de nos espoirs, nous résigner à faire une croix sur notre avenir et l’avenir de nos enfants et petits-enfants ?

Avec mes amis du Front de gauche, nous ne le pensons pas. A l’image du combat que les parlementaires du Front de gauche mènent contre les licenciements boursiers, pour la justice fiscale, une gauche qui respecte ses engagements c’est possible.

Aussi, fraternellement, je m’adresse à vous aujourd’hui. Ensemble nous sommes une force, même à Nice, où nous sommes des dizaines de milliers. En Grèce, en Espagne, en Italie des voix s’élèvent pour exiger une autre politique. L’idée qu’une nouvelle gauche est possible grandit. En France c’est l’ambition que portent des femmes et des hommes, au Front de gauche, chez les écologistes, les déçus du PS, dans le mouvement social.

Dimanche 22 mars, nous voulons faire entendre une autre voix : contre l’austérité, pour une nouvelle gauche, sociale et écologique. Nous voulons rassembler largement celles et ceux qui subissent au quotidien les conséquences de la politique du gouvernement et de la majorité UMP dans les Alpes-Maritimes.

Nos parcours sont différents, nous ne sommes pas d’accord sur tout, maisnous partageons la même exigence : que l’humain prédomine sur la finance, que l’emploi, la qualité de vie et la préservation de notre planète soient plus importants que les profits d’une petite minorité. C’est l’ambition que portent, dans les cantons de Nice mes amie-e-s, candidat-e-s du Front de gauche.

Très amicalement.

Robert INJEY

Publicités

Elections départementales : en campagne pour une alternative à l’austérité!

Ces élections se présentent dans un contexte de crises multiples et d’offensive libérale très forte. Offensive menée d’une part par le gouvernement Valls, par le MEDEF qui en veut toujours plus, et par une UMP revancharde qui a montré toutes les surenchères possibles et imaginables pendant sa campagne interne.

Nous nous opposerons fermement à la prétention du FN (parti favorable aux politiques libérales) à instrumentaliser les difficultés sociales produites par ces politiques, au profit d’issues ultra réactionnaires, de repli raciste et xénophobe.

Seul un sursaut républicain et citoyen avec pour perspective le passage à la 6ème République nous permettra de conjurer le sort funeste que serait un vote très favorable au FN.

Nous nous opposerons aux politiques d’austérité et de démantèlement des services publics, initiées par le PS ou par la droite. Nous nous opposerons à l’asphyxie des collectivités territoriales et à la casse territoriale qui favorise la concurrence entre les territoires et les appétits financiers des groupes privés.

Nous nous opposerons au clientélisme, à l’affairisme qui discréditent l’action publique au profit de l’abstention et du FN. Avec toutes celles et ceux qui se retrouvent sur ces orientations, nous souhaitons construire un avenir pour notre département. Celui-ci prendra en compte les besoins et les attentes des habitant-e-s, pour porter partout les propositions indispensables sur le plan social, sur le logement, les transports, la démocratie, la culture, pour l’écologie, la défense des terres agricoles et un aménagement concerté et écologique du territoire …

Nous appelons les citoyens, les citoyennes, les forces politiques qui partagent cette volonté de combattre l’austérité, à construire avec nous une réelle alternative de gauche basée sur l’écologie, les solidarités et la démocratie.

Front de Gauche 06

 

Nice: Osons la gratuité des transports!

Contre la pollution et les gâchis : Osons la gratuité des transports!

Nous faisons le choix d’un développement soutenu et intelligent des transports collectifs pour faire face à l’urgence écologique et à l’urgence économique. Ce choix répond à l’exigence d’améliorer les conditions de vie de nos concitoyen-ne-s dont les besoins de déplacement sont croissants. Il est aussi de notre responsabilité, devant les impératifs environnementaux, d’agir efficacement contre le réchauffement climatique et la pollution : c’est un enjeu majeur des sociétés d’aujourd’hui.

Cette double urgence a été négligée par l’actuel maire. Nice est une des villes les plus polluées de France. Cela s’explique notamment par le retard du développement des transports en commun. Les bouchons prouvent chaque jour les manques du réseau actuel de transport en commun, ils sont un gâchis de temps et d’argent pour la population et notamment les salarié-es.

Lire la suite