Corinne Morel-Darleux nous apporte son soutien!

Pour que viennent les jours heureux

Face à la précarité qui explose alors que les profits du Cac 40 et des banques n’ont jamais été aussi importants, face à la dégradation de l’environnement et à l’urgence que pose le dérèglement climatique, il devient totalement incompréhensible que les politiques au pouvoir continuent de fonctionner en vase clos et à tourner en rond. 

C’est donc à nous tous, désormais, de nous saisir de ces questions, ensemble. Les élections sont une des possibilités d’y participer. La mobilisation populaire doit pouvoir s’appuyer sur des élus qui entendent, écoutent, prennent en compte la réalité du quotidien. On ne peut plus continuer avec ces pseudos représentants qui se moquent de l’avis des gens.
Il faut maintenant sortir des discours et agir : nouvelles pratiques politiques, répartition des richesses, transition et écologie qui se préoccupent aussi du niveau de vie, voilà ce qui rouvrira l’espoir d’une alternative où chacun puisse bien vivre. 
Pour que la colère légitime qui monte un peu partout s’exprime de belle manière et ne bascule pas du côté de la haine, il faut en finir avec les alternances qui ne changent rien entre PS et UMP. Seule la réappropriation citoyenne de la politique peut nous permettre de sortir de la crise dans laquelle les dirigeants actuels nous enfoncent un peu plus chaque jour. 
De la Grèce à l’Espagne, cette alternative commence à prendre forme aujourd’hui. En France aussi : nous avons un programme, nous savons comment le financer, nous en avons le courage et la volonté. Et désormais nous avons l’unité qui peut permettre à nos idées de gagner. 

C’est pourquoi je vois dans les candidatures du Front de Gauche sur l’ensemble des cantons de Nice pour les prochaines élections départementales, un signal positif pour que d’autres possibles s’ouvrent dans notre pays et que les citoyens soient enfin partie prenante de leur destin commun. 

Nous rassembler, élus et citoyens, de tous âges, unir nos belles colères, nos envies et nos idées pour changer la vie, c’est possible. Allons-y. 

Corinne Morel Darleux, coordinatrice des assises pour l’écosocialisme, conseillère régionale PG-FDG Rhône Alpes.

Publicités

Les candidats du Front de gauche sur Nice

Sur les 31 niçoises et niçois candidat-e-s, 9 ont moins de 35 ans , dont 3 ont entre 19 et 20 ans. 8 n’étaient pas candidat-e-s aux municipales. Par conséquent, c’est un rajeunissement et un renouvellement reflet de la dynamique du Front de gauche !

Candidat-e-s

Une partie des candidat-e-s du Front de Gauches   pour les départementales à Nice.

Pour découvrir l’ensemble des candidat-e-s du Front de Gauche sur Nice, cliquez ici

Oui, il y a urgence !

Dans une France qui va mal, la nécessité d’une politique résolument anti-austérité, contre les injustices, la misère, est un impératif de société. Le résultat des élections départementales du 22 mars aura des conséquences importantes dans notre vie quotidienne. Et il y a urgence !

Oui, il y a urgence à dire stop à ces politiques austéritaires qui plombent les ménages, les collectivités et les petites entreprises, alors que les dividendes versés en 2014 aux actionnaires du CAC 40 s’élèvent à 56 milliards, en hausse de 30 %.

Oui, il y a urgence à s’opposer au renforcement des pouvoirs de la Métropole au nom de la mise en compétition des territoires. Ces structures géantes éloignent un peu plus les centres de décision des citoyens. Tout est décidé par un seul, Estrosi, entouré d’une armée d’«experts» non élus.

Oui, il y a urgence à engager la transition écologique dans notre département, afin de préserver les ressources, de lutter contre les bouleversements climatiques et d’agir pour la réduction des gaz à effet de serre.

Oui, il y a urgence à donner un véritable élan aux politiques menées dans notre département : en matière de transports, de culture, de santé, d’éducation, de logement, d’emploi et de transition écologique… Mais pour y parvenir, il faut rompre avec le dogme de la réduction de la dépense publique. Il faut, au contraire, partir des besoins, faire une véritable politique d’investissements qui lie développement social, humain et écologique.

Dès les élections départementales du 22 mars, nous voulons construire un large rassemblement contre l’austérité, pour une alternative de gauche, sociale et écologique. Nous voulons rassembler largement celles et ceux qui subissent au quotidien les conséquences de la politique nationale du gouvernement et de celle de la majorité UMP à Nice et dans les Alpes-Maritimes.

Le vote pour les candidat-e-s qui portent les valeurs du Front de Gauche sera un vote qui redonne du sens et des ambitions à la citoyenneté.